6BD87B3C-EC41-45F3-B19C-0E74D246A9AF_edited.jpg

Conservation

Connaitre les enjeux de la conservation

 

Comment appliquer la conservation ?

En matière de conservation de la faune, il existe plusieurs méthodes qui peuvent être appliquées en fonction de l’objectif fixé : protéger une espèce rare ou un habitat naturel menacé.

La protection d’une espèce vise en fait à conserver sa diversité génétique grâce à des programmes de conservation in situ (actions menées au sein de l’habitat de l’animal, dans une aire protégée) ou ex situ (actions menées hors du milieu naturel de l’animal, dans un élevage conservatoire). L’approche ex situ permet de se soustraire aux dégradations anthropiques du milieu naturel, mais peu rencontrer le problème de perte de variabilité génétique due au risque de consanguinité. La protection des habitats naturels se déroule par définition in situ et se concrétise à l’échelle du territoire d’une réserve naturelle, d’un parc naturel régional, national ou transnational. Cette approche vise à la conservation plus globale de la biodiversité d’un milieu naturel.

Les deux approches de conservation sont complémentaires et deviennent même indissociables lorsqu’il s’agit de protéger une espèce en danger critique d’extinction avec la perspective d’une réintroduction dans son milieu naturel restauré.

"Bien que certaines données quantitatives soient publiées dans des revues scientifiques, d’autres informations tout aussi précieuses existent dans des rapports internes moins accessibles ou sous forme de données non publiées. Les connaissances, les expériences et les perspectives des nombreux intervenants qui interagissent avec l’espèce et son habitat, y compris les intervenants qui peuvent participer à la gestion des populations ex situ de l’espèce, sont d’autres sources d’information essentielles. Pour promouvoir une planification réussie de la conservation, toute cette information doit être identifiée." (UICN - CPSG 2020)

 

Qu’est-ce que la conservation ex situ ?

La Convention sur la Diversité Biologique (CDB) des Nations Unies de 1992 définit la conservation ex situ comme étant :

"la conservation d’éléments constitutifs de la diversité biologique en dehors de leur milieu naturel".

Cette approche de la conservation est née du constat que les menaces qui pèsent sur la diversité du vivant et qui incluent la perte d’habitat, les changements climatiques, une utilisation excessive des ressources ou l’introduction d’espèces envahissantes peuvent être difficiles à contrôler, si bien qu’un nombre croissant d’espèces est condamné à disparaître si des mesures ne sont pas prises en dehors des approches classiques de préservation in situ (conservation des espèces et de leur habitat dans le milieu naturel).

En fonction du statut de conservation de l’espèce, les objectifs de la conservation ex situ peuvent être fixés à court, moyen ou long terme et inclure des techniques variées : Élevages conservatoires, renforcements de populations ou réintroductions, banques de gènes ou recherche appliquée à la conservation.

"Les espèces dont les populations sauvages sont petites et fragmentées peuvent avoir besoin d’une approche de conservation à multiples facettes pour assurer leur survie. La gestion ex situ peut fournir des options précieuses dans votre boîte à outils de conservation" (UICN 2022)

 
Magnificent rainforest in the conservatory with large panoramic windows. Monstera in the f
 

Quels sont les rôles d'un élevage conservatoire ?

Ces programmes fournissent des animaux qui pourront être présentés au public et/ou servir de support à la sensibilisation, mais aussi des populations à partir desquelles des connaissances de base peuvent être acquises en biologie animale et en élevage. Enfin, à une plus grande échelle, ils apportent un soutien génétique et démographique aux populations sauvages.

Pour remplir tous ces rôles, ces populations doivent être viables sur le long terme et doivent donc être: stables au niveau démographique; saines, correctement maintenues et capables de se reproduire de façon autonome; réparties entre plusieurs institutions pour diminuer les risques d’une perte accidentelle et de taille suffisante pour maintenir des niveaux élevés de diversité génétique.

"Les programmes d'élevage en captivité peuvent servir de plate-forme de recherche pour les zoologistes, les vétérinaires et autres afin de mener des recherches conçues pour améliorer la compréhension de la biologie de l'espèce." (WWF, 2007)

 

Comment sélectionner les espèces pour l'élevage conservatoire ?

Les priorités de sélection des espèces peuvent inclure de nombreux facteurs, tels que:


l’importance de la menace pesant sur les populations sauvages (liste rouge UICN);

le caractère taxonomique unique;

l’endémisme à une région;

les espèces aux protocoles d’élevage déjà établis;

les espèces aux populations déjà établies et saines;

les espèces phares;

l’importance au niveau de la recherche et de l’éducation.

 
Trioceros johnstoni

Trioceros johnstoni

 

A qui appartiennent les animaux d’un élevage conservatoire ?

La propriété des animaux est un aspect important pour la viabilité d'un élevage conservatoire. Dans les modèles les plus efficaces, le propriétaire est une seule institution. La population initiale (les fondateurs) et tous les descendants sont mis à disposition du programme. Il n'y a pas de commercialisation des animaux.


Grâce à cette approche, il est possible de conserver la propriété de spécimens précieux du point de vue génétique, tout en s’engageant dans des conventions de prêt réciproques entre institutions, qui développent ainsi l’accès à une plus grande variété de spécimens et qui diminue le risque d’une perte accidentelle de la population.

 

Qu’en est-il des actions de conservation ex situ pour les caméléons ?

A Madagascar se trouve près de 40% de toutes les espèces de caméléon. Sur ce territoire, 80% des espèces de reptiles endémiques menacées (106) n'ont actuellement aucune composante de conservation ex situ. De plus, 41 espèces de caméléons malgaches menacées ne sont pas encore conservées dans des Zoos.

Pour optimiser les efforts de gestion et de conservation dans les zoos, il est fortement recommandé de se recentrer sur les espèces menacées et micro-endémiques et de revoir leurs populations captives en conséquence. Des approches ex situ dans le pays ont déjà été lancées pour les amphibiens et les reptiles.

Cependant, les populations conservées entre les différentes institutions à l'étranger doit être vue comme une contribution essentielle pour mieux se préparer aux événements catastrophiques affectant potentiellement les installations locales ou les populations naturelles (Ziegler et al. 2022).

Bibliographie

  • IUCN/SSC 2014. Guidelines on the Use of Ex Situ Management for Species Conservation. Version 2.0. Gland, Switzerland: IUCN Species Survival Commission.

  • UICN 2020. CPSG Species Conservation Planning Principles & Steps,Ver. 1.0. Groupe de spécialistes de la planification de la conservation de l’UICN CSE : Apple Valley, MN.

  • UICN 2022. Comment la planification de la conservation peut vous aider à atteindre vos objectifs de conservation des espèces. Conservation Planning Specialist Group (CPSG) http://cpsg.org/content/get-know-cpsg-french

  • Construire un avenir pour la faune et la flore. La Stratégie Mondiale de Conservation des Zoos et Aquariums. WAZA

  • WWF 2007. Policy Statement on Captive Breeding

  • Ziegler et al. 2022. Threatened Malagasy amphibians and reptiles in zoos – a call for enhanced implementation of th IUCN’s One Plan Approach. Zool. Garten N.F. 90: 21-69.

 
Beautiful Cryptic or blue-legged Chameleon (Calumma crypticum) at night in Ranomafana nati

Calumma crypticum