A70333B5-2DD0-4769-97D0-DF875DDDF099_edited_edited_edited_edited.jpg

Elevage conservatoire
des caméléons d'Afrique continentale

L'Afrique de l'Est (Éthiopie, Kenya, Tanzanie, Malawi, nord du Mozambique, Rwanda et Ouganda) détient un pourcentage élevé (38%) des caméléons du monde

 
E3B010BB-8982-4A5A-9FDC-87AA264A9373.png

En Afrique continentale, la diversité et l’endémisme des caméléons sont particulièrement remarquables dans les forêts de la zone d’afromontane de l'arc oriental et des montagnes du Rift méridional (s'étendant des collines Taita au Kenya aux montagnes Livingstone dans le sud de la Tanzanie).
Ces zones sont caractérisées par des espèces à répartition restreinte, en particulier dans les régions montagnardes ce qui contribue à la grande richesse et à l'endémisme.
L'Afrique australe compte un grand nombre d'espèces, dont beaucoup sont à aire de répartition restreinte, mais celles-ci sont souvent réparties sur des zones plus vaste qu'à Madagascar.

Carte de diversité des caméléons (Tolley & Herrel. 2014)

[ID projet 0.1]

 

Les zones qui conservent la plus grande diversité de Caméléons en Afrique sont également celles qui subissent la plus forte pression d'altération de l'habitat (Myers et al., 2000; Burgess et al., 2007; Fjeldså et Burgess, 2008; Hall et al., 2009; Menegon et al., 2008, 2011; Williams, 2012).

« Le nombre de micro-organismes, plantes, invertébrés, poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères menacés par une série de facteurs d’origine humaine tels les changements climatiques, la conversion des habitats, la surexploitation, le braconnage et le commerce illégal d’espèces sauvages, la pollution et les espèces exotiques envahissantes, ainsi que les facteurs d’origine naturelle tels les maladies, les parasites et les catastrophes naturelles, a augmenté au cours des deux dernières décennies… Tous les futurs scénarios plausibles analysés dans le cadre de l’évaluation pour l’Afrique soulignent que ces facteurs vont globalement se renforcer, entraînant des incidences négatives sur la biodiversité… » (IPBES, 2018)

Bibliographie:

  • Burgess et al. 2007. Correlations among species distributions, human density and human infrastructure across the high biodiversity tropical mountains of Africa. Biological Conservation 134:164–177.

  • Fjelds et al. 2008. The coincidence of biodiversity patterns and human settlement in Africa. African Journal of Ecology 46:33–42.

  • Hall et al. 2009. Conservation implications of deforestation across an elevational gradient in the Eastern Arc Mountains, Tanzania. Biological Conservation 142:2510–2521.

  • Menegon et al. 2011. Herpetofauna of montane areas of Tanzania. 4. Amphibians and reptiles of Mahenge Mountains, with comments on biogeography, diversity, and conservation. Fieldiana Life and Earth Sciences 4:103–111

  • Menegon et al. 2008. The Nguru Mountains of Tanzania, an outstanding hotspot of herpetofaunal diversity. Acta Herpetologica 3:107–127.

  • Tolley & Herrel. 2014. The Biology of Chameleons. University of California Press: 288 p.

  • IPBES. 2018. Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Sixième session. Medellin (Colombie) : 48 p.

  • Myers et al. 2000. Biodiversity hotspots for conservation priorities. Nature 403:853–858.

  • Williams, J. 2012. Humans and biodiversity: population and demographic trends in the hotspots. Population & Environment Epub before print.

 
IMG_4832_edited.jpg
IMG_6502_edited.jpg
Capture d’écran 2022-11-25 à 15.10_edited.jpg

Trioceros jacksonii jacksonii

Trioceros jacksonii xantholophus

Trioceros jacksonii répartition géographique (source: UICN)

 
2E6BF80C-D521-423D-B937-0FB2431266F4_edited.jpg
Bradypodion thamnobates femelle_edited.jpg
Capture d’écran 2022-11-25 à 15.11_edited.jpg

Bradypodion thamnobates mâle

Bradypodion thamnobates femelle

Bradypodion thamnobates répartition géographique (source: UICN)